Le dirigeant syndical colombien Huber Ballesteros se voit décerner le Human Rights Award

Edwin Castaño de la USO reçoit le prix au nom de Huber Ballesteros

La veille de la journée internationale des droits de l'homme, 200 personnes se sont rassemblées à Bruxelles pour témoigner leur solidarité avec les activistes du Sud. La plate-forme d'action « Stop the Killings » y organisait une émouvante veillée aux flambeaux, suivie par la remise d'un prix des droits de l'homme au théâtre bruxellois de la Bourse.

Grâce à l'action, la presse parle de nous tant dans le Metro que dans le Vif Express, De Wereld Morgen et MO*.

En raison de l'incessante répression à l'encontre de militants syndicaux, d'activistes, de journalistes et d'avocats dans des pays comme les Philippines, la Colombie et le Guatemala, la plate-forme met chaque année cette problématique en exergue. Cette année, elle l'a fait via un Human Rights Award.

Les candidats ont été sélectionnés par les différents membres de la plateforme. Les candidats de la catégorie des défenseurs des droits de l'homme étaient: Huber Ballesteros (Colombie), les responsables syndicaux de NXP semi-conducteurs de Plant Workers Union (Philippines), et Rubén Herrara (Guatemala). Pour la catégorie des violeurs des droits de l'homme, il y avait le général Jovito Palparan (Philippines).

756 personnes ont voté au cours d'un sondage public. Il y avait également un jury composé de membres éminents du monde associatif, dont Serge Beel (11.11.11), Jacques Debatty (CNCD), Bieke Purnelle (Dewereldmorgen), Jean-Francois Pollet (Demainlemonde), Khadija Khourcha (ACV/CSC) et Werner Van Heetvelde (FGTB).

Vers 18h, les participants à l'action se sont rassemblés à la gare de Bruxelles Central pour une action symbolique. Dans une atmosphère serein, ils ont marché depuis la Gare Centrale jusqu'au théâtre de la Bourse où, à 19 h, devait être décerné Human Rights Award. Après une brève présentation par Luis et Émilie de la plate-forme d'action, le jury a remis ses distinctions.

Le prix a été décerné à Huber Ballesteros, vice-président du syndicat colombien Fensuagro. Huber a été arrêté durant une grève nationale en août 2013. Jusqu'à ce jour, il est toujours en détention en compagnie de 150 autres militants de son syndicat. La Colombie reste le pays le plus dangereux au monde pour les syndicalistes. La campagne internationale en faveur de la libération de Huber est essentielle et elle entend adresser un signal aux autorités colombiennes pour leur faire comprendre que les organisations sociales doivent être protégées et non menacées. Nous espérons que cette récompense pourra y contribuer.

Edwin Castaño, président du syndicat colombien des travailleurs du secteur du pétrole, la USO, était présent et a reçu le prix au nom du syndicat frère Fensuagro ainsi qu'au nom de Huber Ballesteros. Il a remercié les personnes présentes et a insisté sur l'importance des campagnes internationales de solidarité comme celle-ci.

La soirée s'est clôturée en musique. Une fois de plus, les organisations de la plate-forme « Stop the Killings » sont parvenues à mobiliser des centaines de personnes en vue de cette journée d'action.

Plus d'information sur www.stopthekillings.be

Un grand merci à Jacques Van der Borght (Wereldsolidariteit) pour les photos et le video.

foto
foto
foto
foto
foto
foto
foto
foto
foto
foto
foto
foto
foto
foto
foto
foto
foto
foto
foto
foto
foto
foto