Votez maintenant pour un des nominés! - Vote clôturé

Les leaders syndicalistes de NXP semiconductors aux Philippines, le syndicaliste colombien Huber Ballesteros, le général philippin Jovito Palparan et l’activiste guatémaltèque Rubén Herrera: ce sont les nominés pour le Human Rights Award de cette année. D'après vous, qui mérite le plus ce prix? Exprimez votre choix ici!

Les nominés:

Les délégués syndicaux de NXP semiconductors (Philippines): lutte dans la zone franche
Nominé par: Sama Sama / CSC

Les 24 délégués syndicaux NXPSCIWU représentent les intérêts de 5.000 travailleurs dans une succursale de NXP semiconductors dans la zone franche de Cabuyao. NXP semiconductors est une multinationale néerlandaise qui fournit des micropuces pour entre autres  l'iPhone 6. Les 24 négociaient une augmentation salariale et la régularisation des travailleurs temporaires qlorsqu'ils ont été virés le 05 mai de cette année. Le point culminant d'une série d'actes d'intimidation pour tenter d’arrêter le travail syndical dans la zone franche.  Mais grâce à la détermination des délégués et une campagne de solidarité internationale, la direction a dû faire marche arrière. En septembre, une convention collective a été signée, et la moitié des délégués a été réintégrée. Les autres travaillent maintenant en temps plein pour le syndicat. Une grande victoire pour les salariés de NXP, mais également  pour tous les travailleurs dans la zone franche.

"La direction de NXP n’a pas réussi à tuer notre syndicat. Cela représente à nous yeux la plus grande victoire."

Plus d’info: ici 


Huber Ballesteros (Colombie): le pays des pauvres
Nominé par: FOS/ FGTB

Huber Ballesteros est un leader syndical de FENSUAGRO respecté internationalement. Depuis août 2013, il est enfermé dans une prison colombienne. Son crime? Lutter pour les droits des travailleurs et des agriculteurs. Huber faisait partie des centaines de militants qui ont été arrêtés après la grève générale de l'année dernière. Il est accusé injustement d'avoir des liens  avec la guérilla, un argument souvent utilisé pour réprimer la résistance sociale. Jusqu'à aujourd'hui, une campagne est menée pour qu'il soit libéré, ainsi que ses collègues emprisonnés.

"Aujourd'hui, malgré les circonstances, je ne me sens pas vaincu, ni relevé de mes responsabilités en tant que combattant social et politique. Au contraire, j'ai maintenant acquis une responsabilité supplémentaire, à savoir me battre pour tous les prisonniers politiques et tous les prisonniers dans ce pays, car je suis l'un d'eux. "

Plus d'infos: ici
 

Jovito Palparan (Philippines): le visage de l'impunité
Nominé par: Intal / M3M

Cet été, nous avons reçu de bonnes nouvelles en provenance des Philippines. Après plus de trois années de fuite, le général retraité Jovito "le boucher" Palparan a été arrêté par l'armée philippine. L'homme est responsable de l'assassinat et de l'enlèvement de dizaines d'activistes philippins, parmi lesquels Sherlyn Cadapan et Karen Empeño. Ces violations des droits de l'homme ont fait de ce général un symbole de la terreur politique sous l'ancienne présidente Gloria Macapagal Arroyo. Dans son état de la nation en 2006, il a été salué par elle pour son rôle dans la campagne militaire contre les rebelles. Si l'actuel président Aquino veut vraiment mettre fin à l'impunité, alors Palparan ne peut plus être protégé. Sa responsabilité dans ces actes doit enfin être reconnue le tribunal.

"Palparan voit partout des ennemis. Une personne dans un t-shirt rouge est un ennemi. Une personne avec une banderole est un ennemi. Les gens qui demandent un emploi, un revenu décent, de la terre ou un toit sur leur tête: ils sont tous les ennemis de Palparan."

Plus d’info: ici 
 

Rubén Herrera (Guatemala): La terre est la vie
Nominé par: Quinoa

Rubén Herrera est un activiste de l’environnement et des droits humains, surtout actif dans la province guatémaltèque de Huehuetenango. Ensemble avec des groupes de population indigène, il s'oppose à des projets miniers et énergétiques à grande échelle dans la région. Une manifestation contre la construction d'un barrage à Barillas a conduit à son arrestation en mars 2013. Son dossier, qui a provoqué un tollé international, est exemplaire pour la criminalisation de la lutte sociale par le gouvernement Molina. Bien qu'il ait été libéré après sept mois, beaucoup de ses collègues sont encore derrière les barreaux, menacés et même tués dans certains cas. Rubén Herrera a suffisamment de raisons pour continuer son combat ...

"A partir de maintenant nous avons la responsabilité de rester en communication, en renforçant nos liens de fraternité et de partager les luttes qui sont menés dans divers pays et peuples et qui doivent être dénoncées et comprises afin de s'en approprier et ainsi unir nos forces et énergies pour exiger le respect de notre décision et dans la dignité entreprendre les luttes qui doivent continuer."  

Plus d’info: ici 

 

Voulez-vous exprimer votre estime pour la lutte victorieuse des 24 représentants syndicaux philippins chez NXP? Admirez-vous le travail du syndicaliste colombien Huber Ballesteros et voulez-vous sa libération immédiate? Trouvez-vous que le général Jovito Palparan doit être condamné, afin de mettre fin à l'impunité aux Philippines? Vous voulez soutenir Rubén Herrera et d'autres militants guatémaltèques dans leur lutte contre la destruction de l'environnement et en faveur des droits humains?

Votez ici avant le 30 novembre pour l'un de ces candidats et venez à Bruxelles le 09 décembre. Vous pouvez vous joindre à notre action symbolique, à partir de 18h à la Gare Centrale. Et après vous êtes cordialement invités à la cérémonie officielle de remise des prix, à partir de 19h au Beursschouwburg.

N'hésitez pas à faire circuler cet appel chez vos amis et connaissances, et à le partager via Facebook. Il est important d'attirer l'attention sur la problématique de la répression continue des mouvements sociaux.