10 décembre : Défendez les activistes environnementaux dans le Sud

map Global Witness

Les activistes environnementaux sont de plus en plus souvent victimes de violence (même mortelle). Ce sont surtout les groupes de communautés indigènes qui sont visés. Via une nouvelle campagne et le prix des Droits de l'homme qui l'accompagne, Stop the Killings veut attirer l'attention sur cette évolution inquiétante. Le 10 décembre, à Bruxelles, nous soutiendrons nos collègues du Sud.

En 2014, un rapport de l'ONG Global Witness affirme qu'au moins 116 activistes environnementaux ont été assassinés. Cela fait deux assassinats en moyenne par semaine. Il est très probable que le nombre de victimes soit plus élevé encore. Souvent, la violence s'exerce dans des régions éloignées et n'est même pas enregistrée.

La lutte pour la terre et la vie

L'Amérique centrale et du Sud, mais aussi l'Asie du Sud-Est, sont des régions particulièrement dangereuses pour les activistes environnementaux. Dans ces régions, les multinationales cherchent leur profit dans des projets agricoles ou miniers à grande échelle ainsi que dans la construction de barrages. Les autorités locales mettent tout en œuvre pour leur faciliter la tâche et ne pas entraver leurs activités.

Ce sont en première instance les communautés indigènes qui en paient le prix. Leur environnement est pollué et les terres qu'ils travaillent finissent par s'épuiser. Souvent, ils sont même chassés de leurs territoires ancestraux, ce qui fait qu'ils ne sont plus du tout en état de subvenir à leurs besoins.

Toute résistance est étouffée dans l’œuf par la violence. Les activistes sont menacés, arrêtés, maltraités et même assassinés. Il y a souvent des indices qui indiquent qui sont les auteurs de ces crimes, mais dans la plupart des cas, ces derniers restent impunis. Des rares informations présentes, Global Witness conclut que ce sont entre autres de gros propriétaires terriens, des hommes politiques et des gens du monde des affaires qui sont derrière cette violence.

Qui mérite de se voir décerner le prix des Droits de l'homme ?

Du 30 novembre au 11 décembre 2015 aura lieu à Paris la vingt et unième conférence climatique annuelle des Nations Unies. Aujourd'hui déjà, la mobilisation bat son plein pour une grande manifestation en faveur du climat qui doit rassembler plusieurs dizaines de milliers de militants écologiques. Un moment idéal pour attirer encore plus l'attention sur la lutte des activistes environnementaux dans le Sud.

Tout comme les années précédentes, Stop the Killings y participe via la remise d'un prix des Droits de l'homme. Les organisations qui font partie de la plate-forme d'action ont nominé quatre personnes ou organisations différentes qui, au cours de l'année écoulée, se sont engagées de façon exceptionnelle en faveur de l'environnement. Le 10 décembre, on saura qui aura été désigné par le public et le jury.

19h, le tapis rouge sera déroulé à De Markten pour la remise officielle du prix . Mais pas sans avoir manifesté bien-sûr. On se donne rendez-vous à 18h, à la gare centrale.

Participez !

  • Votez pour l'un(e) des nominé(e)s et faites savoir pourquoi cette personne ou organisation mérite le prix des Droits de l'homme. Peut-être fera-t-on même état de votre motivation personnelle pendant la cérémonie. Vous pouvez voter du 15 octobre à la fin novembre. Plus d'infos sur les nominé(e)s ici.
  • Exprimez votre solidarité et venez à Bruxelles le 10 décembre. Manifestez avec nous et soyez le premier ou la première à savoir qui succédera à Huber Ballesteros comme lauréat(e).
  • Faites connaître la campagne auprès de vos collègues, amis, proches. Informez-les, adressez-leur un courriel ou invitez-les via notre page Facebook.

Besoin de matériel de campagne ? Contactez-nous sur info@stopthekillings.be. Nous avons des affiches, des flyers, une présentation en PowerPoint des nominés. Vous pouvez voter en ligne ou via des bulletins de vote en papier.

Fichier attachéTaille
stopthekillings.jpg3.92 Mo
stopthekillings.pdf490.57 Ko
stemformulier_bulletindevote.pdf65.32 Ko