Des avocats philippins victimes de menaces, intimidations et de meurtres

En novembre 2008, Maître Joke Dereymaeker a participé en tant qu'observatrice, à une mission d’enquête, sur la violence exercée à l'encontre des avocats et des juges philippins. Voici son récit.

On se croirait dans un thriller : un avocat est menacé de mort par sms, la nuit, des militaires perquisitionnent son bureau, des motards masqués le suivent dans ses déplacements et des inconnus interrogent sa famille et ses voisins. La situation est tellement insupportable qu'il est contraint de changer régulièrement le lieu de ses consultations et de rédiger ses conclusions dans des cafés internet. Cette réalité est celle de certains de mes confrères philippins. Ces dernières années, 20 avocats et 15 juges ont été assassinés et d’autres ont échappé de justesse à un attentat.

En juin 2006, j’ai participé avec des juristes hollandais à une première mission d’enquête sur la violence dont sont victimes certains avocats et juges philippins. Le rapport de cette misson “From facts to Action. Report on the attacks against Filipino Lawyers and Judges” a fait l'objet d'un diffusion mondiale en juillet 2006.

En novembre 2008, la Fondation flamande Advocaten voor Advocaten a organisé une deuxième mission. J'y ai pris part en tant qu'observatrice pour l’Ordre des barreaux néerlandophones.

Les membres de la mission ont rencontré des victimes : des avocats, des juges ou leurs proches. Nous avons aussi discuté avec des représentants d'organisations des droits de l’Homme et des avocats. Par ailleurs, nous avons interviewé des représentants de l'Etat comme les chefs de la police et les vice-ministres de l’Intérieur et de la Défense.

Que des avocats deviennent la cible d'exactions en raison des opinons de leurs clients est inquiétant. Comment la justice pourrait-elle être rendue, s'ils sont harcelés ou abattus sans autre forme de procès? 

Un signal international est nécessaire. En collaboration avec des organisations d'avocats européennes et américaines, l’Ordre des barreaux néerlandophones continuera de suivre la situation sur place. Le rapport de la mission est attendu pour avril 2009. Il sera disponible, comme ce fut la cas pour le premier, sur le web site d’Advocaten voor Advocaten.

Vous pouvez lire tout l’article de Joke Dereymaeker dans le PDF en annexe. Attention, le texte n'est disponible qu'en néerlandais. 

Pour dénoncer les exactions dont sont victimes les membres d'organisations populaires philippines, intal fait circuler une pétition que vous pouvez signer et faire signer à vos amis. Toutes les signatures récoltées seront remises le mercredi 22 avril à 18h, aux représentants des autorités philippines à Bruxelles. Plus d'infos sur cette action.  

Plus d’infos  :
Avocaten voor Advocaten

Fichier attachéTaille
Icône PDF AD REM februari 2009.pdf1 octet