ITUC lance leur rapport annuel des violations des droits syndicaux 2008

Avec 39 assassinats survenus en 2007, la Colombie continue à être le pays le plus dangereux au monde pour les syndicalistes. Malgré une diminution du nombre de meurtres, la violence s’est déclinée sous diverses autres formes: le nombre de tentatives de meurtres a doublé, tandis que les expulsions forcées, les enlèvements et les arrestations arbitraires se sont multipliés; les menaces sont, quant à elles, restées constantes. Il y a lieu de souligner que les assassinats et les menaces de mort prennent souvent pour cibles des parents ou des proches de syndicalistes, leur but étant, non seulement, de restreindre l’activité syndicale mais aussi de limiter le nombre de violations classées en tant qu’attaques contre des syndicalistes. Il est estimé que 76% des violations ont visé des fonctionnaires publics locaux et des salariés des secteurs et sous-secteurs dédiés à la prestation de services à la personne comme l’éducation et la santé. Bien que plus de 30.000 paramilitaires aient été « démobilisés » au cours des trois dernières années dans le cadre d’un programme gouvernemental controversé, des preuves convaincantes existent selon lesquelles ils continueraient de menacer, d’assassiner et d’enlever des syndicalistes, y compris avec la complicité des forces de l’ordre. Malgré les amendements apportés à la loi Justice et paix qui régit cette prétendue « démobilisation », le fait qu’elle risque d’étendre l’impunité continue de susciter l’inquiétude.

Colombie n'est pas un cas isolé, aussi dans des autres pays comme les Philippines , Guatemala la situation est inquiétante.

Source: Rapport Annuel ITUC (International Trade Union Confederation).