Vague de menaces à la Colombie

picture

Malgré le processus de paix, la violence se poursuite à la Colombie. Amnesty International doit constater une véritable 'vague de menaces' contre les défenseurs des droits humains, souvent de femmes.

Le 13 février, Jackeline Rojas Castañeda a reçu un courriel de menace. Elle est membre de l’Organisation féminine populaire (OFP) et de l’Espace des défenseurs des droits humains (ETTDH) de Barrancabermeja, et bénévole au Comité de solidarité envers les prisonniers politiques (CSPP). Le courriel citait également Ana Teresa Rueda Lozada et Dolores Flores, qui travaillent à l’ETTDH, ainsi que Carolina Rubio Sguerra, secrétaire générale du CSPP.

Les expéditeurs affirmaient qu’ils étaient au courant des récentes visites effectuées par Jackeline Rojas dans les départements de Bolívar et de César au titre de ses activités en faveur des droits humains et l’ont mise en garde, en faisant référence à un prix qui lui avait été décerné peu de temps avant pour la récompenser de défendre les droits humains : « Ne vous prenez pas pour Wonder Woman, ce prix n’est pas un gilet pare-balle. » Le message continuait ainsi : « Arrêtez d’ouvrir vos grandes bouches et de vous mêler de ce qui ne vous regarde pas, personne n’écoute plus vos plaintes idiotes. » En effet, les quatre femmes citées dénoncent régulièrement des atteintes aux droits humains commises dans la région. Les deux hommes que les autorités ont chargés de protéger Jackeline Rojas ont également été menacés de mort du fait de leur mission. 

Amnesty International vous demande d'écrire des lettres.